Le 20 juin dernier, des stands dédiés à la fibre ont fleuri dans les allées du marché d’Aignan. L’occasion pour les passants de s’informer et de prendre un abonnement.

En juin 2021, la société Gers Fibre était créée pour achever le déploiement de la fibre et apporter ce service à 100 % des foyers gersois au plus tard en 2025. Un projet hors-norme : avec 45 000 logements à équiper en 3 ans seulement, 11 000 kilomètres de réseau fibre à installer, et 200 millions d’euros de travaux.

Jean-Sébastien Massenez, directeur général de Gers Fibre, avait indiqué que d’ici un an, les Gersois verraient les premiers effets de ce déploiement. Effectivement, le 20 juin dernier, c’est à Aignan, que les premiers abonnements de cette deuxième phase du déploiement de la fibre gersoise ont été signés.

Tout au long de la journée, le stand de Gers Fibre et des opérateurs présents n’a pas désempli.

Beaucoup d’habitants venaient pour vérifier leur éligibilité sur la carte interactive du site gersfibre.fr. Ensuite, chacun pouvait librement se renseigner sur les offres des opérateurs. En ce sens, le camion-boutique d’Orange était présent dès le matin, rejoint l’après-midi par Free, bien décidé à rester le challenger le plus sérieux de l’opérateur historique.

« Le déploiement, c’est un sprint »

Jean-Pierre Salers, président de Gers Fibre, attribue le succès de cette ouverture commerciale aux maires qui ont sensibilisé leurs habitants à l’arrivée de la fibre. Un certain nombre d’entre eux étaient d’ailleurs présents sur le stand autour de Michel Petit, le président de l’intercommunalité : Aignan, Sabazan, Castelnavet, Saint-Pierre-d’Aubézies, Loussous-Débat.

Pendant ce temps, sur la route qui relie Aignan à Plaisance du Gers, l’entreprise Ineo continuait le déploiement en bordure des vignes pour apporter la fibre dans tout le sud de la commune d’Aignan. « Le déploiement, c’est un sprint, chaque soir des habitants deviennent éligibles et tous les 2 jours et demi, on démarre des travaux dans une nouvelle commune. La ligne d’arrivée c’est en 2025 », explique Jean-Sébastien Massenez.

Le déploiement de la fibre est entré dans sa phase décisive avec la phase de « distribution » c’est-à-dire l’arrivée de la fibre jusqu’à proximité des habitations. Étant donné que de nombreux logements sont d’ores et déjà éligibles, il est temps pour Gers Fibre de faire « l’ouverture à la commercialisation ».

Cette étape se déroulera en trois temps demain : le stand Gers Fibre sera présent de 8 heures à 13 heures sur le marché de Miélan avec l’opérateur Orange (possibilité de s’abonner sur place), Orange qui a déjà fait une première présence face au syndicat d’initiative mercredi dernier. De 15 heures à 19 heures une réunion d’information est organisée à la salle polyvalente de Miélan, toujours en présence des opérateurs Orange et Free.

Les usagers pourront y faire leur choix, et prendre rendez-vous pour l’installation de la fibre directement dans leur logement.

Depuis peu la commune de Clermont-Pouyguillès est desservie par la fibre, pour le plus grand plaisir des professionnels et particuliers.

Le Gers avance lentement mais sûrement. Comme a l’habitude de le dire Jean-Sébastien Massenez, directeur de Gers Fibre, « c’est sur le terrain et pas derrière un bureau qu’on se rend compte des avancées d’un projet aussi important ». On parle de plus de 7 000 kilomètres de réseau à construire en moins de 4 ans. Parmi les premières zones déployées par Gers Fibre, figure toute une partie de la commune de Clermont-Pouyguillès, desservie en fibre optique depuis Seissan. C’est là que le directeur de Gers Fibre et Francis Dupouey ont choisi de vérifier l’impatience des Gersois vis-à-vis de l’arrivée de l’internet très haut débit.

Une impatience confirmée par Florent Cazeneuve, déjà abonné à la fibre à son domicile, mais également sur le site de son exploitation. « Le numérique est une réalité dans tous les domaines : la santé, l’école, le commerce en ligne et jusque dans la comptabilité de l’exploitation, on ne peut pas vivre sans la fibre ». Il tient à montrer une application concrète de son raccordement : « maintenant, je pilote mon irrigation à distance, j’ai vu qu’il y avait du vent et je viens de fermer un arroseur ».

Vers une agriculture plus connectée avec la fibre

Internet et applications mobiles sont des compagnons du quotidien pour les agriculteurs d’aujourd’hui. En effet, 85 % d’entre eux utilisent Internet au moins une fois par jour dans leur activité agricole. La consultation de la météo est la première chose qu’utilisent les agriculteurs, vient ensuite les actualités professionnelles. Du côté des applications, 72 % des agriculteurs en utilisent au quotidien, avec en moyenne quatre applications professionnelles installées sur leurs smartphones.

À noter à l’agenda

De nombreux logements étant d’ores et déjà éligibles, Gers Fibre de procédé à « l’ouverture à la commercialisation ». Cette étape se déroulera en 3 temps. Le jeudi 23 juin : de 8 h à 13 h, seront présents sur le marché de Miélan le stand Gers Fibre et le stand de l’opérateur Orange. À 12h30, conférence de presse sur le stand. De 15h à 19h, réunion d’information, en présence des opérateurs Orange et Free, à la salle polyvalente de Miélan.

Selon l’INSEE, 17% de la population française sont concernés par « l’illectronisme » qui fait référence à la difficulté, voire l’incapacité, à utiliser les appareils numériques et les outils informatiques en raison d’un manque ou d’une absence totale de connaissances à propos de leur fonctionnement.

Et cette problématique a été largement soulignée dans la période actuelle ; l’accès au numérique, et les compétences que ce dernier requiert, sont plus que jamais indispensables au quotidien des Français. Pour continuer à apprendre, travailler, avoir accès aux soins et à ses droits, se divertir, consommer… et le phénomène va même continuer de s’accentuer.

2022 verra la dématérialisation des 250 démarches administratives les plus utilisées par les Français et le lancement de « Mon espace santé », une sorte de carnet de santé numérique.

Il y a donc urgence, si l’on ne veut pas voir les personnes non connectées s’isoler encore davantage. C’est le constat qu’ont rapidement partagé Gers Numérique, Gers Solidaire et la MDPH qui se sont rassemblés pour recruter des conseillers numériques à la disposition des Gersois « fâchés » avec le numérique.

OÙ ET QUAND TROUVER LES CONSEILLERS NUMÉRIQUES ? RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTIONS AU 05.31.00.46.90 ou sur le site www.gersnumerique.fr (l’agenda des 4 conseillers numériques )

Cet agenda est régulièrement mis à jour et vous permet de faire appel aux conseillers numériques : en prenant rendez-vous ou en venant à la permanence.

ACCOMPAGNEMENT NUMÉRIQUE en INDIVIDUEL

AVEC ou SANS RENDEZ-VOUS

Débutants ou Confirmés

Dates ouvertes au public année 2022 (quelle que soit votre commune d’origine)

le 1er juin à la Communauté de Communes D’Artagnan en Fezensac – 18 rue des Cordeliers à Vic-Fezensac de 9h30 à 12h30

le 2 juin à la MDPH du Gers – 17 rue Lafayette à Auch de 9h à 12h

le 3 juin à la Mairie de Saint-Cricq de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

le 7 juin à la Mairie d’Aubiet de 13h30 à 16h30

le 8 juin à la Mairie de Ornezan de 9h30 à 12h30

le 9 juin à la Mairie de Puycasquier de 14h à 17h
le 9 juin à la MDPH du Gers – 17 rue Lafayette à Auch de 9h à 12h
le 10 juin à la Médiathèque de Riscle de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30

le 10 juin à la Mairie de Gimont de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

le 13 juin à la Mairie de Viella de 9h30 à 12h30

le 14 juin à la Mairie de Noilhan de 9h30 à 12h30
le 15 juin à la Médiathèque de Pavie de 9h à 12h
le 16 juin à la Mairie de Saint-Lary de 9h30 à 12h30
le 16 juin à la MDPH du Gers – 17 rue Lafayette à Auch de 9h à 12h
le 16 juin à la Médiathèque de Saint-Clar de 9h30 à 12h30

le 17 juin à la Médiathèque de Seissan de 9h30 à 16h30 et de 13h30 à 16h30

le 20 juin à la Maison France Services de Samatan – 49 rue Marcadieu de 9h à 12h

le 20 juin à la Mairie de Leboulin de 9h à 12h

le 22 juin à la Mairie de Lannepax de 9h30 à 12h30

le 22 juin à la Médiathèque de Nogaro de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

le 23 juin à la MDPH du Gers – 17 rue Lafayette à Auch de 9h à 12h

le 24 juin à la Médiathèque de Riscle de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30

le 27 juin à la Médiathèque du Houga de 14h à 17h

le 27 juin à la Mairie de Montesquiou de 9h30 à 12h30

le 27 juin à la Mairie de Viella de 9h30 à 12h30

le 28 juin à la Mairie de Bretagne d’Armagnac de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

le 29 juin à la Mairie de Saint-Aunix-Lengros de 9h30 à 12h30

le 30 juin à la MDPH du Gers – 17 rue Lafayette à Auch de 9h à 12h
le 1er juillet au marché de Seissan de 9h à 13h

le 6 juillet juin à la Communauté de Communes D’Artagnan en Fezensac – 18 rue des Cordeliers à Vic-Fezensac de 9h30 à 12h30

le 4 juillet à la Maison France Services de Samatan – 49 rue Marcadieu de 9h à 12h

le 7 juillet à la Mairie d’Eauze de 9h30 à 12h30 et 13h30 à 16h30

le 7 juillet à la Médiathèque de Saint-Clar de 9h30 à 12h30

le 8 juillet à la Mairie de Marsan de 9h30 à 12h30

le 13 juillet à la Mairie de Ornezan de 9h30 à 12h30

le 18 juillet à la Maison France Services de Samatan – 49 rue Marcadieu de 9h à 12h

le 21 juillet à la MDPH du Gers – 17 rue Lafayette à Auch de 9h à 12h

le 29 juillet à la Médiathèque de Seissan – Place d’Astarac de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

le 1er août à la Maison France Services de Samatan – 49 rue Marcadieu de 9h à 12h

le 3 août à la Communauté de Communes D’Artagnan en Fezensac – 18 rue des Cordeliers à Vic-Fezensac de 9h30 à 12h30

le 11 août à la Médiathèque de Saint-Clar de 9h30 à 12h30

le 11 août à la MDPH du Gers – 17 rue Lafayette à Auch de 9h à 12h

le 1er septembre à la MDPH du Gers – 17 rue Lafayette à Auch de 9h à 12h

le 5 septembre à la Maison France Services de Samatan – 49 rue Marcadieu de 9h à 12h

le 7 septembre à la Communauté de Communes D’Artagnan en Fezensac – 18 rue des Cordeliers à Vic-Fezensac de 9h30 à 12h30
le 9 septembre à la Médiathèque de Seissan – Place d’Astarac, de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30
le 19 septembre à la Maison France Services de Samatan – 49 rue Marcadieu, de 9h30 à 12h et de 13h30 à 16h30
le 20 septembre à la Mairie de Castin de 9h30 à 16h30

le 22 septembre à la Médiathèque de Saint-Clar de 9h30 à 12h30

le 3 octobre à la Maison France Services de Samatan – 49 rue Marcadieu de 9h à 12h

le 3 octobre à la Médiathèque de Seissan – Place d’Astarac de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

le 5 octobre à la Médiathèque de Fleurance – 100 rue Pasteur, de 9h à 12h

le 5 octobre à la Communauté de Communes D’Artagnan en Fezensac – 18 rue des Cordeliers à Vic-Fezensac de 9h30 à 12h30

le 7 octobre à la Médiathèque de Seissan – Place d’Astarac de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30
le 17 octobre à la Maison France Services de Samatan – 49 rue Marcadieu, de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30
le 18 octobre à la Mairie de Castin de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

le 2 novembre à la Médiathèque de Fleurance – 100 rue Pasteur, de 9h à 12h

le 2 novembre à la Communauté de Communes D’Artagnan en Fezensac – 18 rue des Cordeliers à Vic-Fezensac de 9h30 à 12h30

le 4 novembre à la Médiathèque de Seissan – Place d’Astarac de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30
le 7 novembre à la Maison France Services de Samatan – 49 rue Marcadieu, de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30
le 15 novembre à la Mairie de Castin de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30
le 21 novembre à la Maison France Services de Samatan – 49 rue Marcadieu, de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30
le 2 décembre à la Médiathèque de Seissan – Place d’Astarac de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30
le 5 décembre à la Maison France Services de Samatan – 49 rue Marcadieu, de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30

le 7 décembre à la Médiathèque de Fleurance – 100 rue Pasteur, de 9h à 12h

le 7 décembre à la Communauté de Communes D’Artagnan en Fezensac – 18 rue des Cordeliers à Vic-Fezensac de 9h30 à 12h30

le 19 décembre à la Maison France Services de Samatan – 49 rue Marcadieu, de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30
le 20 décembre à la Mairie de Castin de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

Le Département a officialisé ce jeudi 2 juin l’arrivée de Bouygues Telecom sur le réseau d’initiative publique Gers Fibre. Pas moins de 6000 prises seront ouvertes dès le mois de juillet par l’opérateur.

Il n’en manquait plus qu’un pour reconstituer le club des quatre grands opérateurs français dans le réseau fibre optique du Gers. L’anomalie est désormais réparée. Après Orange, SFR et Free, c’est au tour de Bouygues Telecom de lancer la commercialisation de ses offres fibre dans le département. La signature du contrat d’accès au réseau d’initiative publique gersois a été effectuée ce jeudi 2 juin à l’Hôtel du Département en présence du président du Conseil départemental Philippe Dupouy, du président de Gers Fibre Jean-Pierre Salers, et du responsable national des relations avec les collectivités territoriales chez Bouygues Telecom, Thibaud Roblin.

L’arrivée du 3e opérateur français (26,6 millions de clients) dans le réseau fibré gersois marque une nouvelle étape importante en vue de l’objectif fixé par le Département, à savoir un « Gers 100 % fibré » en 2025, 65 % des Gersois étant d’ores et déjà éligibles après l’achèvement de la phase 1. Pour rappel, cette ambition va nécessiter lors des trois prochaines années la construction de 45 000 prises supplémentaires et le raccordement de 361 communes à la fibre, via 6700 km de câble optique.

Quasiment invisible à l'œil nu, la fibre optique doit participer au désenclavement numérique souhaité par le Département.
Quasiment invisible à l’œil nu, la fibre optique doit participer au désenclavement numérique

Cet effort colossal entrepris depuis 2015, dont l’investissement total devrait atteindre les 215 millions d’euros, répond à deux principaux objectifs, au premier rang desquels figure la lutte contre la fracture numérique. « Je pense que le désenclavement numérique, tel que le Département avec l’ensemble des communes et communautés de communes l’a engagé, est certainement aussi important que le désenclavement routier », rappelle ainsi Philippe Dupouy. Il anticipe également la fin du cuivre programmée dans les prochaines années, Orange ayant déjà lancé des expérimentations de fermeture de son réseau cuivre dans plusieurs communes françaises.

« Rattraper le marché »

En intégrant le réseau fibré gersois, Bouygues Telecom assure de son côté vouloir « être à la hauteur de ces enjeux en apportant une qualité optimale de service quel que soit le territoire », comme le souligne Thibaud Roblin, qui annonce l’ouverture de 6000 prises dès le début du mois de juillet, principalement à Condom et Lombez. En cours d’installation sur le réseau, l’opérateur devrait pouvoir proposer d’ici l’été ses offres commerciales avec 10 000 prises, 16 000 foyers étant déjà éligibles à ces offres dans la ville d’Auch, tout comme dans neuf autres communes environnantes*.

Et ce n’est qu’un début. À terme, Bouygues Telecom entend en effet « dynamiser et accélérer » son arrivée progressive pour « rattraper le marché et le nombre de prises mises à disposition par Gers Fibre. » Pour rappel, à l’heure actuelle, 52 000 prises ont été ouvertes à la commercialisation dans le Gers, pour un total de 22 000 abonnés, soit un taux de pénétration de 40 %, comme le précise Jean-Pierre Salers. Un nombre que le Département espère voir augmenter rapidement dans le but de rentabiliser son réseau fibré. Autant dire que Bouygues Telecom arrive à point nommé.(*) Les communes de Castelnau-Barbarens, Castin, Duran, Leboulin, Montaut-les-Créneaux, Montégut, Pavie, Pessan et Preignan sont aussi déjà couvertes en fibre par Bouygues Telecom.

Jean-Sébastien Massenez, directeur de Gers Fibre, était à Miradoux pour confirmer aux maires du secteur que le nord du département faisait partie des priorités de la phase 2 du déploiement du très haut débit dans le Gers. « La fin du réseau téléphone cuivre, c’est la fin de l’ADSL et désormais, la fibre optique est une absolue nécessité si le Gers veut rester un territoire attractif. Sans fibre, pas de télétravail, pas de e-santé, pas de développement économique ».

Dans la salle des fêtes de Miradoux, pendant pratiquement trois heures d’échanges, les maires ont pu entrer dans le moindre détail de ce chantier de plus de 200 millions d’euros de travaux. Pour les communes de l’ancien canton de Miradoux, 1.088 logements, entreprises ou services publics vont bénéficier de cette technologie de pointe avec l’implantation de quatre armoires, pouvant chacune raccorder chacune jusqu’à 300 logements.

Le maire de Miradoux, Jérémy Lagarde, a tenu à rappeler que ce déploiement devrait prendre en compte un important plan de travaux au centre de la commune programmé pour 2023. Le directeur de Gers Fibre s’est engagé à concilier cette priorité légitime de la commune avec l’arrivée de la fibre. Comme à Lectoure il y a une quinzaine de jours, l’intérêt des maires s’est rapidement porté sur le raccordement final réalisé par les opérateurs avec un souci manifeste de pouvoir apporter toutes les informations nécessaires aux habitants.

C’est dans le sud du département que ce grand chantier a commencé, d’abord à Miélan dès décembre, puis à Bassoues et bientôt à Saint-Jean-le-Comtal, Mirande et Seissan.

L’ensemble des maires du canton de Mirande étaient réunis lundi soir à Clermont-Pouyguillès à l’initiative de Francis Dupouey pour découvrir le rythme et les conditions de ce déploiement. Le vice-président du Conseil départemental s’est félicité de l’attention particulière portée cette fois au sud du Gers.

Le directeur de Gers Fibre a répondu à toutes les questions des maires au moyen d’un exposé très pédagogique qui n’a laissé de côté aucun sujet.

Sur les 23 communes qui composent la zone de déploiement de Mirande, 1 850 logements ont été identifiés. Gers Fibre a prévu l’implantation de quatre armoires à partir desquelles s’organisera la desserte en fibre optique au plus près de chaque habitation, avec la pose d’un « point de branchement », toujours sur le domaine public.

Lorsqu’un habitant décidera de s’abonner à la fibre, il restera à réaliser ce que l’on appelle le « raccordement final ». Ce point a soulevé beaucoup de questions. Le directeur de Gers Fibre a tenu à bien clarifier les responsabilités de chacun : « Gers Fibre amène la fibre en limite des parcelles privées, il ne va pas plus loin. Le raccordement final est réalisé par l’opérateur librement choisi par le futur abonné. Gers Fibre n’intervient pas. L’opérateur envoie son propre technicien pour effectuer la mise en service et son client doit mettre à sa disposition une gaine (ou des poteaux) pour raccorder la maison au réseau de Gers Fibre. Dans l’immense majorité, il suffira de suivre le chemin du téléphone ».

Le directeur de Gers Fibre confirme que dès l’ouverture de ce territoire à la commercialisation, des réunions d’information seront organisées et que tous les opérateurs seront invités à y participer.

« Quand ? », demandent les maires. Dès 2022, leur répond Gers Fibre, « les études ont été livrées, les travaux sont sur le point de commencer par la pose des premières armoires, si nous obtenons les permissions de voirie, ça peut aller très vite ». Francis Dupouey avait raison, cette fois le sud n’a pas été oublié.

Le directeur général de Gers Fibre, Jean-Sébastien Massenez, est venu le 9 février apporter une bonne nouvelle aux maires de Lectoure, Terraube, Marsolan, Saint-Avit-Frandat, Lagarde-Fimarcon et Castéra-Lectourois, réunis dans la salle du conseil de la mairie de Lectoure : la fibre optique arrive dans ces communes qui font partie de la toute première vague du déploiement devant conduire le département du Gers au 100 % fibre en 2025. Pour atteindre cet objectif et mobiliser les 200 millions d’euros nécessaires, il a fallu réunir des financements publics et des financements privés. C’est ce qui a conduit à la création de Gers Fibre, une nouvelle société détenue à 85 % par Gers Numérique et à 15 % par Orange. En tant que membre du conseil d’administration de Gers Fibre, Xavier Ballenghien, maire de Lectoure et président de l’intercommunalité, s’est félicité que l’ensemble du Lectourois, et très bientôt le secteur de Miradoux, bénéficie d’une technologie qui va changer la vie des habitants, d’autant que la fin du cuivre vient d’être annoncée.

Rapidement, les maires présents ont enchaîné les questions, bien décidés à peser de tout leur poids pour la réussite de ce déploiement. L’enjeu de l’adressage est très vite identifié car une adresse erronée ou incomplète peut empêcher l’abonnement à la fibre. Pour parer à toute éventualité, il est convenu que les maires vérifient eux-mêmes les adresses relevées par Gers Fibre sur les communes. Autre enjeu de taille : le raccordement final d’un abonné, c’est-à-dire le branchement de la maison en terrain privé jusqu’en limite de propriété où un point de branchement a été déployé. Le directeur de Gers Fibre a insisté : « Dans le Gers, ce raccordement est gratuit pour l’abonné mais celui-ci doit vérifier qu´il dispose bien d’une gaine pour glisser la fibre. Le plus souvent, il s’agira de la gaine du téléphone. Mais si le cuivre a été enfoui en pleine terre, il faudra que l’abonné fasse des travaux sur son terrain ».

Les maires ont demandé à pouvoir communiquer toutes ces informations techniques à leurs habitants et l’engagement a été pris par Gers Fibre de produire cette documentation. La réunion s’est achevée sur la présentation de la carte interactive en ligne sur le site gersfibre.fr, une carte qui permet à chaque habitant de suivre étape par étape l’arrivée de la fibre jusqu’à son domicile.

Avant de conclure, le directeur de Gers Fibre a rappelé que sur le réseau gersois, 3 des 4 grands opérateurs sont déjà présents et que Bouygues Telecom arrivera d’ici le mois d’avril. Chaque futur abonné choisira librement son opérateur. « En matière d’internet, nous offrirons dans nos campagnes le même service que dans les grandes agglomérations ».

Si 60 % des Gersois disposent déjà de la fibre optique, beaucoup de communes rurales dans le Gers attendent encore l’arrivée d’une technologie dont la crise sanitaire a montré qu’elle était devenue essentielle dans notre vie (télétravail, école, santé, loisirs, démarches administratives). C’est la société Gers Fibre qui a la responsabilité d’achever le déploiement de la fibre dans le département pour atteindre 100 % de couverture d’ici 2025.

Après les secteurs de Miélan et d’Aignan, le directeur de Gers Fibre était à Bassoues pour confirmer aux maires du secteur la bonne nouvelle : la fibre arrive, pas seulement à Bassoues mais aussi dans 10 communes alentour (Montesquiou, Castelnau-d’Anglès, Saint-Arailles, Peyrusse-Grande, Peyrusse-Vieille, Armous-et-Cau, Gazax, Callian, Courties et Louslitges).

« Cette priorité accordée au sud du département est un choix stratégique, Gers Fibre cible les secteurs les plus ruraux et les plus isolés. En matière de numérique, il n’y aura pas de Gers à deux vitesses », explique Jean-Sébastien Massenez, directeur de Gers Fibre.

Les conseillers départementaux Nathalie Barrouillet et Gérard Castet ont confirmé qu’en matière de numérique, le sud du Gers n’est pas abandonné et qu’après le secteur de Bassoues, les travaux s’enchaîneront sur le reste du canton.

A l’échelle du département, quatre années sont nécessaires pour finaliser ce gigantesque chantier qui représente la conception et la construction d’un réseau de 7.000 km supplémentaires ouvert à tous les opérateurs et près de 215 millions d’euros d’investissements.

Pendant près de 3 heures d’échanges, les maires ont pu poser toutes les questions soulevées par un tel projet. Une attention particulière a été accordée au raccordement final des abonnés et Gers Fibre s’est engagé à fournir aux maires une brochure sur les actions à entreprendre dans ce domaine. L’entreprise SEVA, chargée des travaux, était présente à cette réunion.